Mon Coin Lecture

Tout sauf l’amour – Bihel, Toldac & Makyo

Tout sauf l'amour - Bihel, Toldac & Makyo

« L’amour n’a rien à voir avec les projets, les dîners au restaurant, les petits déjeuners au lit, les promenades en bateau, les confidences près des feux de bois, les yeux dans les yeux, la main dans la main. Tout ça, c’est simplement des trucs à lui pour se faire voir. Je m’appelle Loïc. Avec moi, tu verras, on le voit très bien, on n’aura pas besoin de tout ça. Mais on fera tout ça quand même. »

En cette période de disette émotionnelle, et pour contrebalancer ma dernière chronique BD et son titre si évocateur, L’amour infini que j’ai pour toi de Paulo Monteiro, j’avais dans ma bibliothèque l’oeuvre idéale : Tout sauf l’amour une bande dessinée réalisée par le trio Bihel, Toldac et Makyo.

Nina de Beaumont est une anhédonique, depuis la mort accidentelle de sa mère il y a vingt ans elle ne prend plus aucun plaisir, recherche le contraire du bonheur et s’astreint à une vie qu’elle méprise. Son père, Antoine de Beaumont, désespéré a tout tenté, psychanalystes, psychothérapeutes, comportementalistes, hypnotiseurs… Mais rien n’y fait, Nina reste hermétique à tout traitement et se referme de jour en jour. Le dernier recours d’Antoine ? Faire appel à une agence matrimoniale révolutionnaire qui établit des rapprochements entre les individus en disséquant leurs hormones et leurs névroses. Après tout, Antoine a tout essayé pour sauver sa fille, tout sauf l’amour…

Tout sauf l'amour

Il y a bien longtemps qu’il me fallait découvrir le travail de Frédéric Bihel, c’est désormais chose faite, et je m’en réjouis puisque Tout sauf l’amour se révèle être principalement une vraie découverte graphique. Je m’explique, aussi jolie cette histoire soit-elle, le récit n’en reste pas moins assez conventionnel, prévisible et la narration prend parfois quelques raccourcis qui peuvent s’avérer frustrant pour nous, lecteurs. Mais le travail d’illustration de Frédéric Bihel transforme indéniablement ce qui peut apparaître banal dans cette histoire. Il sait mettre en valeur les personnages et les lieux qu’ils habitent. Il peut transcender une scène par le seul pouvoir de la douceur qu’il distille dans ses couleurs. Il parvient à apporter une touche de poésie et de lyrisme dans une réalité quotidienne. Et il se dégage de ses dessins une réelle chaleur alors que l’on parvient presque à sentir cette épaisse couche de neige qui tombe sur Grenoble en plein mois d’avril. Vous l’aurez compris, même si Tout sauf l’amour connait quelques faiblesses scénaristiques, je suis totalement conquise par le travail de son illustrateur et rien que pour ça je vous conseille fortement de vous procurer cette bande dessinée…

Logo Amoureux Saison 3

Avec Tout sauf l’amour de Bihel, Toldac et Makyo, je poursuis le Challenge Amoureux – Saison 3 de mon Irrégulière adorée, et j’ajoute un titre BD à la catégorie Peindre ou faire l’amour.

01 – Un amour de jeunesse 

02 – Peindre ou faire l’amour 

03 – Amour, piments et bossa nova 

04 – Amour, sexe et mobylette 

05 – Les Amours d’Astrée et Céladon

06 – Mes amis, mes amours

topbd_2013

16/20 pour le top de Yaneck

Logo BD Mango Noir

Chez Mango

10 réflexions sur “Tout sauf l’amour – Bihel, Toldac & Makyo

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s