Mon Coin Lecture

Carnation – Xavier Mussat

L.10EBBN002193.N001_CARNATION_C_FR

« Ceux que nous décidons d’aimer, nous ne les regardons pas, nous les reconnaissons. Nous apercevons en eux des signes que nous identifions et la familiarité nous attire. Nous partons de détails que nous souhaitons voir et nous construisons une chimère kaléidoscopique. Le reste nous l’occultons»

A la fin de ses études d’arts plastiques, alors que chacun regagne ses pénates, Xavier Mussat décide de prolonger son séjour à Angoulême. Jonglant entre l’ANPE et divers travaux dans l’animation, l’illustrateur peine à s’épanouir professionnellement parlant. Par ailleurs, multipliant les aventures toxiques, les idylles sans lendemain et les amours platoniques, le jeune homme s’enferme dans une spirale sentimentale infernale. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Sylvia, une femme instable et lunatique avec qui il va vivre une histoire destructrice dont il ne sortira pas indemne…

Carnation - Xavier Mussat 02

Carnation est une autofiction, le récit d’un amour en bulles et en mots pour tenter d’exorciser le passé. Mais force est de constater que si les thèmes qui me touchent d’ordinaire sont ici si justement représentés, je ressors de ma lecture avec un sentiment plutôt mitigé.

J’ai aimé ce récit introspectif, sans concession aucune, dans lequel Xavier Mussat se met à nu et nous offre plus de deux cents pages de sa vie la plus intime. Et où il nous conte les prémices d’un amour, l’apprivoisement qui est de mise lorsque l’on s’éprend d’un être sauvage, la passion couplée au désir qui se décuple les premiers temps avant de se déliter complètement et de se transformer en totale indifférence. J’ai aimé que cette dissection méticuleuse des errements de ce scénariste et illustrateur s’opère dans cette ville désormais familière qu’est Angoulême. Plus qu’un simple décor, ce pôle de l’image observe les amoureux et délimite les contours de leur histoire dévastatrice.

Malheureusement, j’ai trouvé que la narration se faisait parfois gratuitement bavarde, se perdant dans des tournures de phrases ampoulées et récitatives, qui par conséquent venaient alourdir un récit déjà ô combien complexe. Par ailleurs, si très rapidement je me suis attaché à ce narrateur qui se livre au fil des pages et y exorcise ses démons, je n’ai éprouvé que du mépris à l’égard de celle de qui il s’éprend. Le personnage de Sylvia, égoïste lâche et profiteur, n’a eu de cesse de me révulser et à aucun moment du récit je n’ai ressenti la moindre empathie la concernant. De quoi gâcher un tantinet ma lecture…

Graphiquement en revanche je n’émets aucune réserve, le style acéré de Xavier Mussat m’a séduite de la première à la dernière page. Violent à l’image de sa passion, brouillon à l’image de ses souvenirs, il sait parfaitement mettre en valeur l’histoire que l’auteur nous raconte. Les allégories présentes dans le récit sont originales, superbement travaillées et elles embellissent considérablement la narration.

C’est donc une découverte en demi-teinte que je présente pour ce Mercredi BD, puisque si je concède beaucoup de qualités à Carnation, le fait est que depuis ma lecture son souvenir s’estompe et que je constate qu’en plus des quelques griefs que je lui porte, je n’en ai pas retenu grand chose…

Et pour lire les avis de Jérôme et Mo’, dans lesquels je me retrouve définitivement, c’est ici et .

topbd_2013

14/20 pour le top de Yaneck

Logo BD Mango Noir

Chez Mango

2 réflexions sur “Carnation – Xavier Mussat

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s