Moi, au Fil des Mois

Au fil des mois – Juillet 2014

Juillet - 2014

Celle qui s’inquiétait de mon état psychologique – Et n’était pas au bout de ses peines – Un brin d’explication qui laisse un sentiment d’incompréhension –  À cause des garçons – Quand le Fuji X20 se fait mien – Cadeau de moi à moi, payable en douze mois – Une terrasse ensoleillée et quelques sushis entre filles – Alerte Orage – Alerte Orange – Mon premier Main Square Festival – Entre les toilettes et le thé à la menthe – K-way Disney et bottes de pluie – Festival pluvieux, festival heureux – Celle qui voulait mettre une hélice sur mon Sims – Franz Ferdinand took us out – Une main tendue sur les Black Keys – Pieds au sec et cœur humide pour Woodkid – Whatever I feel for you – Baiser spontané d’un festivalier – Rencard au Bar Métal – Bières blondes au Blue Devil – Autoportrait urbain – J’ai accepté décliné par erreur ton invitation – Une amitié retrouvée et un câlin qui décuple ma volonté – Celui qui s’octroyait une sieste en pleine rue – Polygone à l’aube – Faire la connaissance de Robocop – Un délicieux burger végétarien –  À la recherche d’une touche de bleue – Serait-il possible qu’il y ait un centre commercial sous le terril ? – D’une sieste à l’autre – Un kiosque sous lequel boivent les musiciens – Back to the Blue Devil – Soirée avec Les Blaireaux – Entamer la rédaction du scénario de ce film à tourner dans une prison désaffectée – Conversations au petit matin à la croisée des chemins – Elle là que j’aime un peu plus à chaque fois que je la vois – Un chemin de croix pour rentrer chez moi – Celle qui décrochait son concours et serait professeur des écoles à la rentrée – Paris intra-muros – Ce que tu vas me manquer, bébé – Une journée en Territoire Arrageois avec une amie picarde – Mettre les mots sur ces boums et ces bangs qui agitent mon cœur blessé – Te savoir la première étonnée – Partir à la recherche d’un petit poney violet – Aimer d’amour cette errance estivale pluvieuse – Je suis en retard – En retard – Ces doutes qui laissent place au savoir – Un thé sur une table au Couleur Café – Une sombre histoire de crampe – S’initier au Russe Blanc avec une pointe de Baileys – Dernier départ : minuit moins le quart à la gare – Ces ogres qui nous accompagnent sur les routes de campagne – S’inviter une journée dans ton palais – I love you once, I love you twice, I love you more than beans and rice – Celui qui pourrait dire : je t’aime une fois, je t’aime deux fois, je t’aime plus que le pâté de foie – Vues sur mon corps depuis mon bain – Vues sur mes seins depuis… Non rien – Quand la SNCF me casse le moral de bon matin – N’avoir jamais aussi bien rentabilisé mon forfait SMS illimité – Elle là, Danny Boyle, une conversation sur la fidélité et moi – Ce jeu qui petit à petit devient dangereux – Trois filles qui se ruinent à l’Usine – Se retrouver chez celui qui inaugure son nouvel appartement – Un immeuble qui abrite la Bat Cave – Être un peu l’attraction, le bouc-émissaire, la seule fille de la soirée – Tes taquineries qui me font rire autant que bouillir – Mes stupides croyances superstitieuses – Partager un bout de duvet et un coin de matelas – Ces élans de tendresse matinale – CeLui là qui faisait enfin la connaissance de Toothless – Un Bloody Mary diablement corsé – Quand il faut prendre une décision concernant la soirée – RMC Découverte, cubes de fromages et Chardonnay – On ne parlera pas de la Pyramide de Gizeh – Eric Cartman, c’est toi – Alors brûle – Brûle quand tu t’enlises dans mon grand lit de glace – Mon lit comme une banquise qui fond quand tu m’enlaces – Toutes les réponses à nos questions sont dans Les Chansons d’Amour de Christophe Honoré – Une pensée pour celle qui ne peut qu’approuver – CeLui là qui, comme Serge Gainsbourg, chausse des Repetto – Décidément tu es un garçon plein de surprises – Coupe de champagne, Coupe du Monde et feu d’artifice pour célébrer celle qui faisait son entrée dans l’Education Nationale cette année – De la difficulté de faire les courses un 14 juillet – Quelques heures derrière les barreaux pour une poignée de photos – De la difficulté de faire ma valise après une telle journée – Monsieur – Madame, moi si j’étais un homme je ne serais pas capitaine d’un bateau – Quarante minutes de retard, deux nonnes, quinze scouts et trois enfants qui pleurent – Continuer ma route un peu plus à l’Est – Me délecter de Vilnius auprès de mes Vénus – Apprendre à la terrasse d’un café que je suis diplômée – Une mention Très Bien inespérée – Un statut de major de promotion, à l’échelle régionale et nationale, auquel je n’aurais pas osé rêver – Une délicieuse escale à Trakai – Jouer avec les reflets et la buée pour te contenter – Aimer ta subtilité comme ta vulgarité – Comme j’aimerais croire, ma belle, en cette tablée que tu décris si bien dans un avenir incertain – Salut ! Tu viens ce soir ? – Quand la Lituanie a un petit goût de paradis – Un retour sous l’orage – Un mauvais présage – Pretty, funny & nasty – Bad timing and everything – Jouir du plaisir de te lire – Celle qui, à son tour, subissait la lâcheté des hommes de nos vies – Ne pas pouvoir être là pour elle en cet instant précis – Une reprise difficile allégée par la perspective d’un tête à tête au champagne en ta compagnie – Rater une correspondance et mettre à l’épreuve les limites géographiques d’une amitié – Bulles et nacelles fromages – A Serbian Film with a French Boy – Quelques confidences avinées et avis bien tranchés – Tes erreurs – Mes jugements – Mes jurons – Tes errements – Et après ? – Après on rêve d’avant – Rien de secret, tout se perd – De quoi aurons-nous l’air, à l’heure de l’inventaire ? – Une boîte de thé laissée sur un oreiller – Trois lettres qui décident de mon avenir – Décliner un contrat chinois – Dix bonnes raisons de te convaincre – Ces moments où quelqu’un m’attend quelque part – Proposition indécente – Liaison fatale – Ma vie dans les films d’Adrian Lyne – Everything is awesome – Everything is cool – Penser à la mort de Cléopâtre – Et me dire qu’une seule de tes morsures m’aurait été fatale – Sentir battre mon cœur – Entre mes saints – Du bout des doigts – Au coin des lèvres – J’avoue ce jeu me tue – Si tu me dis adieu – Ce vous, ce je, ce tu, qui jouent avec le feu – Je ne résiste plus – J’ai vu dans ton regard des remords disparus – Je rentre, il est trop tard – Un plan en trois étapes que j’avais pourtant prédit – Un pique-nique nocturne dans l’herbe fraîche – Parce que la vie n’est finalement que ça, une danse des petits papiers, suivie d’une brève histoire de poussière et de cendre – Le reste ? Des bateaux en papier, une mélodie au crépuscule… – Sur tes terres, il fait si froid – Cet hiver qu’en faire ? – Ne vois-tu pas ? – Que du sol au ciel de tout état, tout n’est que gel ? – Réchauffe-toi – No reason – No reason – No reason – Qu’importe le poison, pourvu qu’on ait l’ivresse – Une asociale matinale qui essuie à la hâte quelques larmes – Il faudra bien que tu t’avances, si on veut combler la distance entre nous – Il faudrait m’accrocher plus fort, si je veux m’accrocher encore, à ton cou – La Solitudes des Nombres Premiers – Celle qui pensait que j’étais la petite sœur de CeLui là – Découvrir la Flip Cup – Et d’autres réjouissances alcoolisées – Rencontrer de chouettes nouvelles personnes – La Juliette de mon Horace – Comme un ouragan en fin de soirée – Croissant, serpillière et Chardonnay – Et j’entends siffler le train – Paroles & Prétextes – Mensonges & Trahisons – Retour à la maison – Une bataille de chansons tirées des dessins animés Walt Disney – Une bataille de chansons tirées de la série Glee – Celle qui ces temps ci trouvait les mots justes grâce à une bande de Cowboys Fringants – Si dans la vie faut prendre des risques, faut savoir aussi s’en aller – Ces jolies filles qui peuplent ma vie, remplissent mon verre de Chablis et s’en vont sur Paris ou en Croatie – Moins quatre kilos sur la balance – J’ai laissé dans le brouillard des amitiés perdues – Des têtes brûlées d’anars, de grandes gueules, de têtus – Les nuits à refaire le monde, nous auront un peu lassés – Trop de fumées brunes ou blondes – Trop de rhum ou pas assez – Dans le brouillard, je fonce et puis j’oublie – J’y pense… Qu’elles sont belles, les amours les amitiés de ma vie – M’octroyer vingt jours supplémentaires, pour faire le bilan du mois précédent – Un pavé dans la marre – Et d’autres petites choses qu’on n’écrit pas sur son blog…

*                    *                    *

D’après une idée originale de Moka.

10 réflexions sur “Au fil des mois – Juillet 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s