Moi, au Fil des Mois

Au fil des mois – Juin 2014

Juin - 2014

Ces instants suspendus entre mai et juin – Partager deux épisodes de South Park et un bout de canapé – Une deuxième nuit au petit matin – Salade composée et grilles de mots croisés – Trois garçons plein d’avenir – De déprimes hivernales en déprimes estivales – Celle qui s’insurgeait contre la dictature du bonheur – Et que j’aimais infiniment pour ça – Souris, araignées et panne d’électricité – Avoir l’impression d’habiter un manoir hanté – Celui qui était désormais un des amis de Stanislas – Celle qui porterait bientôt son nom – Sous les jupes des filles – Une vérité qui dérange – Ma gueule – Et celle à qui je devais cette merveilleuse formulation – Last train to Bohain Busigny – Me dire que j’aurais définitivement aimé ce métier, quand je te vois au milieu de ta classe en fin d’année – Internet et ses dangers – Goûter au beurre des étoiles – Immortaliser une bande de gosses sur mes clichés – A tout ceux qui – Issue de secours au centre culturel Léo Lagrange – J’suis bête, qu’ils disent – Un nouvel ami qui se fait une place au milieu des anciens – Celui qui exhibait ses neuf orteils en soirée – Une assiette de pâtes et quelques cigarettes chez une poulette roussette – Quelques heures au milieu des auteurs pour le Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens – Croiser la route de deux blogueurs que j’adore – Faire la connaissance d’une jolie libraire – Des yeux bleus dans lesquels je pourrais me noyer – Celui qui m’offrait deux de ses ex-libris pour garnir mes murs gris – Prolonger ces instants autour d’une cigarette ou deux – Reprendre des forces avant de prendre la route – 501 + 165 ; 111 x 6 – Ne pas jeter les gens par la fenêtre. Merci – Une chambre qui devient le plus chaud des dancefloors – Quelle est la différence entre Sciences Po et Sciences Politiques ? – Celle qui essayait de débloquer mon déhanché – S’endormir alors que le soleil se lève – Dix minutes en tête à tête avec l’homme par qui j’ai découvert la bande dessinée, Monsieur Craig Thompson s’il vous plait – Une table à laquelle je ne me lasse pas de m’accouder – Un homme que je ne me lasse pas de regarder dessiner – Deux petits bouts de papier – Ces amies si chères à mon cœur – Celle qui adorait pinocher, le verbe, pas le dictateur – La véritable vie amoureuse de mes amies en ce moment précis – Discussions au salon – CeLui là dont les messages me font rire, sourire, rougir – Je voulais un chat et j’ai eu une sœur – Et aujourd’hui je ne l’échangerais pour rien au monde – Déboires au manoir – Redécouvrir les œufs à la coque – Redécouvrir les produits laitiers – Quelques confidences à mon homonyme – Petits arrangements avec nos corps cœurs – Un échange épistolaire qui fait battre le mien – Celui qui se faisait passer pour une autre – Tomber dans le panneau – Un quiproquo rigolo – Merci pour les cigarillos – Celle qui avait besoin d’entendre couler l’eau – Dormir c’est repartir – Lui là, Elle là et moi – Un massage à six mains au petit matin – Les aventures d’un gilet perdu et retrouvé – De la difficulté d’émerger – Boire du thé tout l’après-midi – De ces dimanches de camomille – Celle que l’éloignement kilométrique n’avait fait que rapprocher dans mon cœur – L’amitié c’est nous et Schmidt – De discussions hasardeuses en divergences d’opinion houleuses – Ton avis, bébé, qui compte bien plus que tu ne peux l’imaginer – Si j’ai toujours raison – Tu sais, j’ai pas toute ma raison – Me remettre en question – Ma douce qui me fait la surprise d’être là pour travailler avec moi – Accepter un verre, puis deux, puis trois et une pizza – Explosion de joie et coups de klaxon dans les rues de chez moi – Trois ans de billets doux, durs et d’humeurs – Quand il est question de célébrer la musique – Si toi aussi tu as vu ce grand barbu pourvu de dreadlocks danser de manière impromptue aux coins des rues – Achillou et son hibou – Celui qui laissait derrière lui quatre dents et un peu de sa sagesse – Nos séances cinématographiques post-soirées – Et la lumière fut – Et mon argent s’en fut – Un silence des plus assourdissants – Verbaliser, vainement – Quand les Balkans deviennent caliente – Contracter mon premier prêt – Hésiter – Hésiter – Craquer – Un week-end dans le Pas de Calais – Orage, ô désespoir – Rock in Bourlon, me voilà – Passer la frontière de ton état – Les pieds sur tes terres – Regarde moi – Un Tardis à Cambrai – Mon royaume pour une douche chaude – Les 20 ans des Ogres de Barback – Essorer mon cœur d’un bout à l’autre du concert – Repartir un peu plus légère – Sait-on jamais où les vents nous mènent – Moi ils se sont bien moqués de ma peine – Sait-on jamais où les vents nous mènent – Et d’autres petites choses qu’on n’écrit pas sur son blog…

*                    *                    *

D’après une idée originale de Moka.

6 réflexions sur “Au fil des mois – Juin 2014

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s