Moi, au Fil des Mois

Au fil des mois – Mai 2014

Mai - 2014

Ces heures où il n’est absolument pas question d’avoir une conversation – Il faut se taire – Nos langues se fatiguent – Ménageons-les pour se faire langue contre langue un dialogue de sourd – Il faut se taire – Prête-moi ta main – Bienvenue dans le sac d’une fille – Urgence et précipitation – Coffee & Cigarettes – Des mots qui me touchent – Mais pas de la part de celui qu’on croit – Une journée au Salon du livre d’expression populaire et de critique sociale d’Arras – Trois percussionnistes communistes sur la place de la gare – Trois grands cafés et un Coca-Cola, s’il vous plait – Confessions intimes et conseils avisés autour d’un petit-déjeuner salé –  Errances physique et téléphonique dans le dédale qu’est ma vie – Faire quelques pas en compagnie de Bastien Quignon – Ce charmant charmeur de Guillaume Guéraud – Quand Marc Daniau me déshabille d’un coup de crayon – Vibrer au son des percussions – Une chambre avec vue sur le beffroi – Être rincée, au sens propre comme au figuré – C’est beau, une ville la nuit – Surtout quand on t’y voit passer sur un vélo – Une Convention Ankama qui révèle ce qu’il y a de plus geek chez moi – Celle qui était définitivement attirée par les histoires dramatiques – Auprès de toi ? Toujours, ma belle – Une promenade rue des débris – Un tête-à-tête à l’Arrière-Pays – Partager un café et une cigarette sur le quai d’une gare avec Lui là – Un test tiens vaut mieux que deux tu l’auras – Deux virées sur Arras, deux soirs de suite – Se délecter de ces errances nocturnes en si bonne compagnie – Une sombre histoire d’éclairage public – Mais qui est Caroline ? – Ces filles qui me font mourir de rire – Croiser un visage appartenant au passé dans un lieu improbable et à une heure impromptue – Ne pas résister à l’appel d’une terrasse en début de soirée – Et remettre une fois de plus au lendemain des révisions trop longtemps repoussées – Mais si au mois de mai il y a tant de jours fériés c’est bien pour faire ce qu’il nous plait – Commencer à devenir experte dans l’art de froisser des sensibilités – A quoi bon prendre la vie au sérieux ? – De toute façon nous n’en sortirons pas vivant – Un parapluie rose devant une porte close – Quand il est question d’avoir une discussion de fond – Et quand tu as touché le fond du fond, soit tu crèves, soit tu remontes – Il paraît qu’en diplomatie, l’ultimatum est la dernière exigence avant les concessions – Il paraît – Danses de crocodiles, méduses volantes, canards à sept pattes et autres animaux fabuleux au Circus – Rencontrer enfin mon homonyme – Se réchauffer au Resto Soleil – L’envahissant Kristofer, avec un K – Décliner une proposition subtilement amenée – Décliner une invitation bien que je sois tentée – A deux jours des examens, il n’est plus temps de procrastiner – Un cliché volé qui égaie ma soirée – Quand les formules d’optique se mêlent aux techniques d’impression – Et que les photographes de mode côtoient ceux de chez Magnum – Celle qui me sauvait la vie en m’apportant un McFlurry – Il n’y a pas à dire, à deux on révise beaucoup mieux – Jouer les trois dernières années de ma vie sur quinze jours de temps – Et principalement au talent – Il n’y a pas à dire, à trois on révise vraiment beaucoup mieux – Technologie – Histoire de la photographie – Sémiologie – Gestion d’entreprise – Soutenance de mémoire – Oral d’anglais – Soutenance du book – Résolution de problèmes – Célébrer la mi-temps après cette première période d’examens – Lui là de retour en ville – Celle qui, comme un escargot, transportait sa maison sur son dos – Dans la catégorie « C’est dans ta voiture » – Apprécier d’autant plus cet échange musical, que tu ne sembles pas être quelqu’un de bavard – En retard, je suis en retard, en retard – On appelle ça le quart d’heure picard – Le grand retour de la timbale de princesse – A la recherche de l’antonomase – Celle qui se faisait lilloise le temps d’un week-end – Renaud Dillies au Salon de la BD et des Arts Graphiques de Roubaix – Samedi c’est la folie, au Arras Jazz Festival – Quand décidément le karma en a après moi – Celui qui se faisait porteur de nouvelles dévastatrices parce que tu es la lâcheté incarnée – Envie de vomir – Envie de pleurer – Celle qui n’était pas capable de mettre son ego de côté pour me proposer un brin de réconfort et un café – Comprendre qu’il va désormais falloir faire avec – Ou plutôt sans – Que reste-il de nos amours ? – Que reste-il de ces beaux jours ? – Douze amis en commun sur un réseau social peut-être – Mettre l’auto-focus sur les dernières épreuves au risque de devenir une épave – Prise de vue portrait – Prise de vue publicitaire – Retouche numérique – Rendu des dossiers – C’est terminé… – Celui avec qui j’aimais travailler mon anglais – Une douleur qui passe mieux dans cette langue qui n’est pas la nôtre – Coiffeur, couleur et autres activités girly – Godzimurph ou Murphzilla ? – Relooking de l’extrême pour une situation du même type – Une petite sieste chez ma petite sœur – Cette fascination naissante pour Donjons et Dragons – Une bonne dose de respect et probablement un brin de timidité – Mes choix qui ne sont pas facilités – Celle qui était admissible et faisait ma fierté – Traverser Lille en long, en large et en travers pour la féliciter – Deux garçons inconnus au bataillon qui ont un avis sur notre discussion – Ces moments où je sais me montrer exécrable – L’exposition de Renaud Dillies à la médiathèque de Roubaix – Vendre mon âme au diable pour deux bières en compagnie de cet homme là – Ma complice pour ce moment hors du temps – Débattre de nos amours mortes et de nos amants naissants – Quand le chat n’est pas là, les souris dansent dans mes murs – Lui là, qui s’octroie le rôle d’ami, de psy et de coach de vie – D’interminables discussions – Révoltée devant ce manque de conscience politique – Si l’abstention pouvait se jouer ailleurs que devant les urnes les dimanches d’élection – Quelques mots admiratifs de mon premier amour sur mon Voyage à Roms – Un traquenard qui prend la forme d’une terrasse de bar – Mes collègues, ces amours – Celui qui savait me prendre par les sentiments – Mon premier festival : le Mix’Cité – Un américain en balade – I’m not so smart, boy – Arthur qui partage un coin de matelas avec son Minimoy – Grand café vs. Jus de tomate – Hésiter – Hésiter – Craquer – L’accordéon, moi j’aime – La vie est belgele à vos côtés – Celle dont j’apprécie qu’elle ne prenne pas parti – Celui qui jouait les Sam – Ou plutôt les Bob – Suspendu au bout de mes doigts – Comme je suis suspendue au bout des tiens – Il me perdra mon amour des musiciens – Rentrer au petit matin – Prendre les choses en main – Vaisselle : check – Rangement : … – Ménage : … – Cendrillon au grand bal funk de Wazemmes – Ne pas perdre ma pantoufle de vair – Faire mienne la devise de Java : Sexe, Accordéon et Alcool – Celui qui donnait sa langue au chat – Des sentiments imprévus – Car à vouloir s’aimer pour la beauté du geste – Le ver dans la pomme nous glisse entre les dents – Il nous ronge le cœur – Le cerveau et le reste – Nous vide lentement –  Et d’autres petites choses qu’on n’écrit pas sur son blog…

*                    *                    *

D’après une idée originale de Moka.

10 réflexions sur “Au fil des mois – Mai 2014

  1. Et bien, mai a été bien rempli !
    Je te souhaite un joli mois de juin.
    PS : j’ai repris ta phrase (et tout ce qu’on ne ne dit pas sur un blog) pour mon bilan de mois.

  2. Et la vie lilloise, ne fusse qu’un we, fut éclectique, douce, arrosée, ensoleillée, gourmande, pleine de petites découvertes malgré une malheureuse défaite 😉 … Le tout un peu grâce à toi! Merci pour cette belle parenthèse de mon mois de Mai …

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s