Mes Historiettes

Déclics culturels qui sauvent la vie… #02

Déclics

« Et toi, qu’est-ce qui te [re]donne envie de t’attarder sur cette Terre ? »

Lundi en tentant de répondre à cette question d’Ina Mihalache, posée sur son blog Solange te parle, je revenais sur une partie de mon enfance et de mon adolescence et commençais à dresser un historique de ces déclics culturels qui m’ont un jour sauvé la vie. Aujourd’hui, après une nuit de sommeil et un peu de recul sur cet exercice introspectif, je suis prête à aborder la suite de mon histoire…

*                    *                    *

Alors que jusque là je suis une fille plutôt timide et réservée, j’intègre en 2001 une chorale, ainsi qu’une troupe de théâtre. Cette année là, je participe à une comédie musicale, m’initie au chant lyrique et découvre l’opéra. Il faut dire ce qui est, je ne suis pas spécialement douée pour l’une ou l’autre de ces disciplines, mais elles viennent contribuer à développer cette curiosité culturelle qui m’habite. C’est également à cette époque que je comprends que mon amour de la littérature et celui que je porte au cinéma sont complémentaires, et ce avec un seul titre. « Le matin, elle était Lo, simplement Lo, avec son mètre quarante-six et son unique chaussette. Elle était Lola en pantalon. Elle était Dolly à l’école. Elle était Dolorès sur les pointillés. Mais dans mes bras, elle était toujours Lolita ». C’est avec le film, très moyen, d’Adrian Lyne que je fais la connaissance de ce personnage hors du commun, ce qui forcément m’amène à découvrir le chef d’oeuvre de Stanley Kubrick et à lire dans la foulée le roman de Vladimir Nabokov. Il n’est désormais plus question de lire des histoires uniquement pour se faire peur, c’est à un autre type de frisson que je viens de goûter et duquel je ne pourrai plus me passer…

Lolita

En 2002 le temps d’une bande-annonce je tombe amoureuse d’un univers, celui d’Hayao Miyazaki. Avant même la sortie du Voyage de Chihiro en salles, je m’en procure la bande originale, ainsi que celle de Princesse Mononoké, tant les musiques de Joe Hisaishi me bouleversent. Lors de la sortie du long métrage sur grand écran, il n’est diffusé que dans une seule salle de la métropole lilloise et en japonais sous-titré français. Je découvre donc les joies de la version originale dans un cinéma d’art et d’essai. En sortant de la séance mon mascara a coulé et ma vision du monde a considérablement changé.  Cet été là j’ai mon brevet et quitte le collège, je passe mes vacances à l’ombre le nez dans mes romans, et en conflit avec mes parents qui insistent pour que j’aille à la plage bronzer et me faire des copains. Ils ne comprennent pas que mon soleil à moi je le trouve dans la littérature, et que par dessus tout je ne me sens pas en adéquation avec les jeunes de mon âge, et les rituels de drague auxquels ils se livrent…

Chihiro

L’année suivante je fais la connaissance d’un garçon, un garçon avec qui je vais passer huit ans de ma vie, un garçon qui partage ma passion et avec qui je vais me construire. Ensemble on découvre l’âge d’or du cinéma hollywoodien, la nouvelle vague française et l’expressionnisme allemand. On vit au rythme des films de Clint Eastwood, Nanni Moretti et Claude Sautet, on lit Jirô Taniguchi et Craig Thompson, on s’initie à la peinture avec Edward Hopper et William Turner. C’est lors d’un festival organisé par ce fameux garçon, que je vois Tous en scène de Vincente Minnelli. C’est une véritable révélation, je découvre la comédie musicale américaine, un genre qui m’était jusque là totalement inconnu et qui synthétise tout ce que j’aime et tout ce que je rêve de voir au cinéma. Très vite je suis sous le charme de Fred Astaire puis de fil en aiguille de Gene Kelly, de Jacques Perrin et pour finir de Marcello Mastroianni. Forcément j’en arrive à Catherine Deneuve et à Jacques Demy…

Tous en scène

Je termine le lycée de la même manière que j’y suis entrée, un diplôme en poche, mais dans l’indifférence la plus totale. J’entre à l’université pour y étudier les Lettres Modernes pendant trois ans. Trois années où je poursuis mes découvertes, je me prends le naturalisme d’Emile Zola et la violence de Bret Easton Ellis en plein visage, je m’initie à la culture indienne et au cinéma bollywoodien et surtout je commence à voyager… Mes prochains déclics naîtront avec mon amour de la photographie. Et si on se donnait rendez-vous dans un troisième et dernier article, dans lequel je vous expose tout ça ?

That’s all for now, folks !

Stay tuned for the next episode !

Publicités

20 réflexions sur “Déclics culturels qui sauvent la vie… #02

  1. Tout ceci est très intéressant. J’aimerais réagir très vite, et assez grossièrement. Je trouve que « Lolita « de Nabokov est un roman extraordinaire, car il arrive à traiter avec justesse un sujet des plus délicat. Je voulais surtout dire que je n’aimais pas le film de Kubrick, justement par comparaison avec le livre. La Lolita de Kubrick a remplacé la Lolita de Nabokov, et je trouve ça regrettable. En effet, la Lolita d’origine est une petite fille, ce n’est pas « une Alizée » provocante à l’image de Sue Lyon sur la fameuse affiche du film. J’ai même préféré la version d’Adrian Lyne, que je trouve objectivement très honnête… Il y a un fossé qui vient de se creuser entre l’auteur de ce blog et moi-même, modeste internaute, car j’ai une aversion absolue pour les comédies musicales de Jacques Demy. J’aurais beaucoup à dire à ce sujet, peut-être une autre fois…

    • Je comprends ce qui te dérange dans le long métrage de Kubrick, mais j’entends surtout a difficulté de faire un tel film à l’époque et l’impossibilité d’y faire jouer une jeune enfant. Chez Adrian Lyne, Dominique Swain n’est pas toute jeune non plus, ni si innocente que ça d’ailleurs… Mais nous nous accordons sur un point, concernant Lolita, rien, mais alors rien, ne vaut le roman d’origine de Nabokov… Je compte le relire cet été d’ailleurs…

      Concernant Jacques Demy, c’est l’un de mes réalisateurs préférés, je préférerais effectivement qu’on fasse ça une prochaine fois 😉

  2. Non vas y, c’est intéressant. Je suis pour ma part pas non plus un grand fan de Demmy, sans pour autant avoir de l’aversion pour ce qu’il fait. Ca me semble être l’endroit idéal pour poser le débat…

    • Hum… Je ne suis pas d’accord ! VMS est connu pour la virulence de ses propos, il est 9 heures 22 et je suis encore de bonne humeur. Peut-être ce débat aura-t-il lieu une prochaine fois, dans un article consacré à Jacques Demy ? 🙂

  3. Bien d’accord, la littérature et le cinéma sont complémentaires 🙂

    J’ai lu Lolita quelque part durant mon adolescence et je me souviens que ce roman m’a mise mal à l’aise, mais c’est la seule chose que je peux dire par rapport à ce livre, je n’arrive pas à me rappeler si je l’ai aimé ou pas…voilà pourquoi il se trouve dans ma liste de livres à relire 🙂 Je n’ai pas trop aimé le film de Lyne (probablement parce que j’adore Jeremy Irons et que le voir dans ce rôle m’a traumatisée, haha), quant à celui de Kubrick, je n’arrive pas à me rappeler, mais j’avoue que je ne suis pas fan du cinéma de Kubrick en règle générale.

    De Miyazaki, j’ai seulement vu Nausicaa que j’ai trouvé assez bizarre et Le voyage de Chihiro, auquel je n’ai pas tout compris, même après l’avoir vu deux fois 😀

    En revanche, l’âge d’or hollywoodien et les comédies musicales américaines me parlent beaucoup plus…j’adore ! Presque tous mes films préférés datent de cette époque.

  4. Je suis troublé devant la réaction de l’auteur du blog, et regrette qu’elle me perçoive aussi négativement. Je n’ai pas souvenirs d’avoir été virulent sur son blog, à son encontre ou envers ses goûts. Il me semble même n’avoir apporté que des remarques positives… Je passe donc mon chemin, mais souhaite quand même longue vie à son blog. Adios.

    • Je pense qu’il y a eu méprise jeune homme. Pour moi un éventuel débat sur Jacques Demy aurait été plus approprié sur un article consacré au réalisateur, ou même entre nous en privé. Dommage que nous nous soyons mal compris 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s