Mon Coin Cinéma

Il était temps – Richard Curtis

Il était temps - Richard Curtis

« Lesson Number One : All the time traveling in the world can’t make someone love you. »

Scénariste sur Quatre mariages et un enterrement et Coup de foudre à Notting Hill, réalisateur de Love Actually et Good Morning England, Richard Curtis fait partie de ces artistes qui ont fait éclore une toute petite fleur bleue au fond de mon être au moment de l’adolescence, qui au fil des années l’ont entretenue, et finalement ont contribué à faire de moi la jeune fille romantique que je suis aujourd’hui. Et non content d’avoir à mes yeux le monopole de la romance britannique moderne, Richard Curtis a également participé au scénario d’un de mes épisodes préférés de la série Doctor Who. Impossible donc que je manque la sortie de son tout dernier film, Il était temps, en salle depuis mercredi.

Il était temps - Richard Curtis 02

Tout juste âgé de 21 ans, Tim Lake, apprend de son père, qu’à l’instar de tous les hommes de sa famille depuis bien des générations, il a lui aussi la capacité de voyager dans le temps. Alors que certains de ses ancêtres ont essayé de mettre à profit cette aptitude particulière pour faire fortune, ou que son propre père en a profité pour lire ce qui constituerait la bibliothèque idéale, Tim quant à lui va mettre ce don exceptionnel au service de l’amour, encore de l’amour et toujours de l’amour.

Une fois de plus, Richard Curtis excelle dans son domaine de prédilection, qu’est la comédie romantique, en nous proposant un film plein surprises, d’humour et d’intelligence. Certes la première partie d’Il était temps est un peu convenue, mais le réalisateur prend le temps d’y poser les bases d’une romance solide, d’imprégner le spectateur du charme désuet des Cornouailles et d’y développer des personnages fort attachants. En somme cette première heure, bercée par une bande originale qui dépote, se regarde avec un certain plaisir, mais sans pour autant transcender le spectateur. C’est dans la seconde partie du film que Richard Curtis va aborder ce qui fait la beauté et la force de son sujet, à savoir une jolie réflexion sur le souvenir et la transmission, à travers les relations filiales et fraternelles de la famille Lake. Alors, évidemment la prestation, drôle mais émouvante, de Bill Nighy est pour beaucoup dans l’émotion qui s’impose à nous dans cette seconde moitié du film, mais il est superbement entouré de Domhnall Gleeson, Rachel McAdams et de toute une ribambelle de seconds rôles tous plus attachants les uns que les autres. L’interprétation est juste, le scénario soigné, la réalisation élégante, la bande originale jouissive, les sentiments vrais et le spectateur comblé.

Il était temps est ce petit film sans prétention aucune qui, même s’il nous rend mélancolique, nous apprend à apprécier la couleur dont se parent les arbres en cette saison, à remarquer les petits détails bien trop souvent oubliés et à profiter des bonheurs éphémères qu’offre la vie.

Publicités

20 réflexions sur “Il était temps – Richard Curtis

  1. ce n’est pas vraiment le genre de film que j’aime aller voir, mais je dois avouer que pour celui ci je m’étais poser la question et ton article me dit que si j’ai un peu de temps ce serait pas mal que j’aille m’ouvrir un peu l’esprit 🙂

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s