Moi, au Fil des Mois

Au fil des mois – Avril 2013

Avril - 2013

Être sarcastique lorsqu’il vaut mieux être cynique – Retrouver mon petit frère pour jouer à des jeux vidéo – Une réponse qui n’en est pas vraiment une – Un retour du printemps qui me donne envie d’aller chiner – Celui qui était désabusé devant tant d’épanchement – Un appel du commissariat central, six mois trop tard – Retrouver avec plaisir mes amis parisiens à l’occasion d’un vernissage – Manger comme des américains – Celle dont on aimait qu’elle soit une souillon – Une réponse positive pour une nouvelle exposition – Une table pour douze à l’Arrière-Pays – Voir nos fantômes à la Pirogue – S’improviser romancière de clit-litt-trashos à deux heures du matin – Attraper un train pour Amiens – Rencontrer mon nouveau mécène – Régler les derniers détails de mon futur accrochage – Braver le froid pour une balade en solitaire – Mettre à l’épreuve mon sens de l’orientation – Mélodie au crépuscule de Renaud Dillies, ou la petite trouvaille qui égaie ma fin de journée – L’exposition Antan Présent, regards sur le XVIIIème siècle – Tu ne sais pas bien où tu vas – Ni bien comment – Ni pourquoi – D’éternelles errances livresques dans les rayons de Bulle en stock – Un petit lapin en chocolat – Se perdre un peu plus chaque jour dans les annonces immobilières – Poser mes congés pour cet été – Une bouteille de champagne au frais – Croiser Simon Astier – Être contactée par Livre de Poche pour faire partie de leur catalogue d’anniversaire – Et fêter d’ailleurs l’anniversaire d’une divine amie – Un fou rire à la Fontaine de Castalie – Un rosé de La Solitude, un vin blanc nommé Les Copains d’abord – Mystères et Les enquêtes de l’impossible – Se lever tôt pour aller chiner en charmante compagnie – Découvrir les plages de la baie de Somme – Dom & Dom – Mon précieux butin composé d’un album jeunesse, d’une bande dessinée, d’une table basse, d’un escabeau, d’une montre ancienne et de quelques pin’s – Entasser toutes nos trouvailles dans la mini Micra de ma Moka et disparaître sous des couches de bois et de poussière – Rentrer et s’improviser un pique-nique pour célébrer notre amitié – Tous les surnoms en [ i ] de la bande à Fati – Nabi qui commence lui aussi à faire partie de la famille – Se flageller d’en avoir oublié un anniversaire plus important que le reste – Celle qui était arrivée à la fin de la portée – Les raisons qui la portent et ce stupide espoir – Une chambre d’hôpital à 1181 kilomètres de chez moi –  Des moments difficiles, mais des nouvelles rassurantes – Betty Blues, et celui à qui j’ai dédicacé dans l’intimité cette bande dessinée – Visiter un premier appartement – Quelques calculs nécessaires pour envisager l’avenir – Celle dont je découvrais les origines germaniques – Une déception immobilière – Un acrostiche atomique – Ne pas assumer totalement le fait d’être une fraudeuse invétérée – Deux amies dans tout ce qu’elles ont d’exceptionnel malgré mon humeur de chien – Petites confessions autour d’une ficelle picarde – Des conversations qui puent le cul de Dawson – Trois filles, une voiture et une compilation – Un arrêt-panini à Péronne – Accrochage + Vernissage au Fût et à mesure – Échanger sur la photographie autour d’une bière pression – Tous mes amis, mes amours, qui ont pu faire le déplacement – Mes amis parisiens dont je dois en fait avouer qu’ils sont de Montreuil – Mes amis de Montreuil donc, qui découvrent mes surnoms honteux – Des moments comme ça toutes les semaines – En apprendre tous les jours – Celle qui utilisait encore l’expression « in love » pour parler d’un garçon – Admettre – Deux princesses qui rêvaient de leurs palais – S’attabler à la terrasse d’un café – Séduite par deux nouvelles visites – Mais surtout un véritable coup de cœur – Des nouvelles à fêter – Celle qui préférait la tisane au champagne – Une ménagerie à notre table – Nouveau bail signé – Congés d’été acceptés – Billets d’avion commandés – Mot d’ordre ? Efficacité – La Grande Réderie en famille – Vous êtes d’Amiens ? Non, je suis Alex – Celle qui était indubitablement en train de s’éloigner – Quand on ne sait plus quoi dire, qu’on ne sait plus écrire, qu’on ne fait que  pleurer. L’heure, c’est bien d’en finir, tu ne vas pas me contredire, alors Happy Birthday – Et d’autres petites choses qu’on n’écrit pas sur son blog…

10 réflexions sur “Au fil des mois – Avril 2013

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s