Mon Coin Lecture

Dragon Head – Minetarō Mochizuki

Dragon Head

Alors qu’il rentrait d’un voyage scolaire, le jeune Teru se réveille pris au piège dans un tunnel. Le train qui les transportait lui et sa classe a déraillé, les issues se sont effondrées et ses camarades et professeurs sont morts dans l’accident. Ils ne sont que trois survivants : lui, Nobuo le souffre-douleur de l’école et la jolie et mystérieuse Ako. Après plusieurs jours passés à survivre, cernés par l’obscurité, nos trois amis parviennent enfin à trouver une sortie, mais le monde qui les attend dehors à sombré dans le chaos…

*                    *                    *

Les premiers tomes de Dragon Head se passent à huis-clos dans le tunnel effondré où sont prisonniers Teru, Nobuo et Ako. Les personnages, coupés de l’extérieur, ne mesurent absolument pas l’ampleur de la catastrophe dont ils sont les victimes – et nous non plus. Pourtant dès les premières pages du manga on comprendra qu’il tournera essentiellement autour d’un seul sentiment : La peur. Peur de l’obscurité, de ce qu’elle peut receler dans un premier temps, puis crainte de l’autre et de sa folie contaminatrice… Minetarō Mochizuki pousse dès le départ ses personnages dans leurs retranchements les plus profonds, anéantissant un à un leurs espoirs aussi minces soient-ils et créant une ambiance des plus anxiogènes. Et ce n’est que le début, puisque le monde qu’ils découvriront en sortant du tunnel n’aura pas fini de les éprouver.

J’ai aimé la noirceur du propos et la vision post-apocalyptique proposée par l’auteur, violente et sans concession. J’ai été séduite et effrayée par l’audace et la cruauté propres à certains volumes. Mais malheureusement, graphiquement parlant je suis totalement passée à côté de l’oeuvre. Certes le style graphique de Minetarō Mochizuki est hyper réaliste, mais son coup de crayon est beaucoup trop brouillon, pas assez esthétique à mon goût. Il faut dire aussi qu’il passe juste après ma découverte 20th Century Boys de Naoki Urasawa, avec qui il sera désormais très difficile de rivaliser…

Par ailleurs, je déplore aussi que le discours sur la peur se fasse de moins en moins subtil au fur et à mesure de la narration, qui elle, en revanche, gagne en intensité à chaque volume. Il est dommage que l’auteur se sente obligé d’éclaircir certaines zones d’ombre et d’apporter quelques justifications à son lecteur lors des deux derniers tomes, j’aurais préféré que l’on reste dans la suggestion et l’interprétation jusqu’à la fin.

Mais il ne faut pas se méprendre, outre mes réticences graphiques et ma déception quant au dernier volume, Dragon Head est une belle surprise doublée d’une jolie découverte. Un manga noir et intense, qui se lit d’une traite et se démarque de ce que j’ai pu lire d’autre en terme de manga seinen.

*                    *                    *

Ce mois-ci je participais à la huitième édition de 1 mois / 1000 pages. Challenge que je remporte haut la main, puisqu’en cumulant les 10 tomes de Dragon Head je comptabilise 2 288 pages, et que le mois n’est pas encore terminé.

6 réflexions sur “Dragon Head – Minetarō Mochizuki

  1. Comme je te l’expliquais, je ne lirais pas ta chronique avant d’avoir lu le manga… Cependant étant donné que Dragon Head est premier sur ma liste de lecture mangaquesque (?), je reviendrais rapidement vers ta critique 😉 !

    D’ailleurs en ce moment, je suis en train de lire Le sommet des dieux de Jiro Taniguchi que je te recommande chaudement !

    • Hé hé ! J’ai donc hâte de lire ton avis ! N’oublie pas de revenir vers moi une fois ta lecture achevée.

      Concernant Taniguchi, c’est un auteur que j’aime tout particulièrement, Le Sommet des Dieux est donc bien entendu sur ma liste d’achats 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s