Mes Films du Mois

Films du mois d’août 2012

Film du mois

Films découverts ou redécouverts

¤ The Dark Knight Rises (Christopher Nolan) ●●●○○

Un scénario riche, un casting impressionnant, une débauche de moyens et d’effets visuels, Christopher Nolan nous offre, comme à son habitude, un divertissement ambitieux. Et si l’on ne boude pas son plaisir, le film n’est pourtant pas exempt de défauts. Bien trop long, il a tendance à perdre son spectateur dans les méandres des intrigues et sous-intrigues qui le jalonnent. Bien trop alambiqué, il sacrifie certains arcs narratifs un peu trop vite au profit d’autres bien moins intéressants. Mais globalement, on passe un bon moment. Mention spéciale à Anne Hathaway qui se défend à merveille dans un personnage où clairement je ne l’imaginais pas une seconde.

¤ Rebelle (Mark Andrews & Brenda Chapman) ●●○○○

Grosse déception de la part des studios Pixar, et pourtant la première scène laissait augurer de bien bonnes choses, dommage… Visuellement le film est évidemment magnifique, mais c’est tout ce que je suis prête à concéder. Où sont passées l’originalité, la maturité et l’émotion auxquelles nous avaient habitués les studios ? Perché quelque part entre Freaky Friday et Frères des ours, le film peine à intéresser son spectateur et il n’est pas aidé par la galerie de personnages insipides qui le peuple, ni par son final expéditif. Déçue, je suis.

¤ 5 ans de réflexion (Nicholas Stoller) ●●●○○

Quand Nicholas Stoller retrouve Judd Apatow et Jason Segel, forcément j’adhère. Aucun suspens, le titre original du film, The five-years engagement, dévoilant la quasi-intégralité de son scénario quelque peu convenu. Mais c’est l’humour, les dialogues brillants, les comiques de situation hilarants, les personnages déjantés, et le charme légèrement désuet qui émane du couple Segel-Blunt, qui sont les atouts majeurs de cette comédie romantique.

¤ Kung Fu Panda 2 (Jennifer Yuh) ●●●●○

Je n’ai pas vu le premier opus, mais Kung Fu Panda 2 dépasse toutes mes espérances concernant la franchise. Si effectivement, esthétiquement parlant le film est impressionnant, et que les combats sont spectaculaires, Jennifer Yuh ne néglige pas d’insuffler une juste dose d’émotion, donnant ainsi plus de profondeur à ses personnages et plus d’ampleur à son histoire, rendant le tout terriblement attachant et émouvant. Une grosse découverte !

¤ Red State (Kevin Smith) ●●●○○

Critique virulente du fondamentalisme religieux, à cheval entre l’horreur et l’action, Red State n’a de cesse de déstabiliser de par sa violence et son humour macabre. Maladroit et inégal, le film parvient toujours à surprendre son spectateur, ce qui en soit n’est déjà pas si mal.

¤ Sexy Dance 4 (Scott Speer) ●●○○○

Si les chorégraphies sont époustouflantes et mettent en valeur l’utilisation de la 3D, on est en droit de regretter que les personnages soient si creux, toujours le même jeune homme ténébreux issu de la rue et la jolie brunette des beaux quartiers en conflit avec sa famille, et que le scénario soit tellement bateau. En petit bonus : On apprécie l’apparition éclair d’Adam G. Sevani.

¤ Tomorrow, when the war began (Stuart Beattie) ●●●●○

Croisement intéressant entre le teen movie, le film de guerre et celui de science fiction, Tomorrow, when the war began fait partie des très bonnes surprises du mois d’août (Et nous sommes déjà au mois d’octobre…). En deux mots : une bande d’adolescents part camper un week-end dans un coin reculé de l’Australie. Quand ils reviennent, la ville portuaire dans laquelle ils habitent est envahie par une armée ennemie, les maisons sont vides, leurs familles, voisins, amis sont morts ou emprisonnés dans des camps… Un pitch des plus excitants, qui soulève de nombreuses interrogations… La mise en scène est simple, parfois maladroite, mais toujours efficace. Le casting est fait d’inconnus prometteurs. A mi-chemin entre les Goonies et Battle Royal, Tomorrow when the war began est un film comme on voudrait en voir plus souvent…

¤ La Locataire (Antti Jokinen) ○○○○○

Ou l’influence néfaste de Canal + à la demande un dimanche après-midi. Ennuyeux et prévisible…

¤ Comme t’y es belle (Lisa Azuelos) ●●○○○

Mises à part quelques répliques qui font légèrement sourire, la présence de Géraldine Nakache et celle d’Alexandre Astier, il n’y a rien de bien folichon dans cette comédie de Lisa Azuelos. La réalisatrice enchaîne les clichés sur la femme et caricature la communauté juive avec une lourdeur.

¤ Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare (Lorene Scafaria) ●●●●●

Lorene Scafaria réussit le pari risqué de mélanger comédie romantique et road trip apocalyptique, la réalisatrice, dont c’est le premier film, nous propose une vision de l’amour, ou plus exactement de l’éclosion du sentiment amoureux, alors que la fin du monde n’a jamais été aussi proche. Que dire si ce n’est que je suis conquise par la sensibilité et contaminée par la mélancolie qui se dégagent du film ? Steve Carell y est évidemment pour beaucoup avec sa tête de clown triste, sa maladresse et son humour légèrement dépressif. Il réussit à transcender Keira Knightley, que j’abhorre d’ordinaire, à la rendre belle, gracieuse, drôle et émouvante. Leur couple, leurs histoires et celle de ce monde touchant à sa fin m’ont totalement bouleversée. Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare n’évite pas les passages obligés, intrinsèquement liés aux genres qu’il aborde, mais ils sont amenés avec une poésie, une infinie tendresse et une drôlerie douce-amère qui me plaisent énormément. Léger dans son sujet jusqu’au dernier quart d’heure, et sans grandes ambitions, c’est un film qui m’a réellement marquée, auquel je pense très souvent, que je veux faire découvrir et que j’ai une envie folle de revoir…

¤ Expendables 2 : Unité Spéciale (Simon West) ●●○○○

Inférieur au premier opus, Expendables 2 est un film qui se repose essentiellement sur les clins d’œil qu’il va pouvoir adresser à son spectateur. Dommage car là où l’on se retrouve avec un divertissement moyen du dimanche soir sur TF1, on aurait pu avoir, à l’instar du premier volet, un véritable film d’action, efficace et explosif qui combine à la fois l’humour et l’auto-dérision.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s